Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 2 - Les métiers du secteur social

2 - Les métiers du secteur social

2.01. Le métier d’aide à domicile / auxiliaire de vie sociale

2.01. Le métier d'aide à domicile / auxiliaire de vie socialeLes auxiliaires de vie épaulent et assistent les personnes en leur apportant une aide dans l’accomplissement des tâches et activités de la vie quotidienne y compris les loisirs. Par leurs actions ils rendent possible le maintien à domicile, contribuent à la préservation, la restauration et la stimulation de l’autonomie, favorisent l’insertion sociale et ainsi concourent à la lutte contre l’exclusion. Ils ont un rôle de soutien et d’accompagnement social.
Ils se situent au premier niveau de qualification de la filière des métiers de l’aide à domicile. Ils exercent à domicile. Ils interviennent auprès de types de publics très variés : familles en difficultés sociales, personnes âgées, personnes malades ou personnes handicapées. Aucun diplôme n’est obligatoire pour l’exercice de ce métier.
Les auxiliaires de vie sociale établissent avec la personne aidée et son entourage une relation de confiance et de dialogue. Ils assurent, en liaison avec les autres professionnels intervenant au domicile, une prestation individualisée en prenant en compte l’ensemble des besoins de la personne aidée dans le respect de ses choix de vie.
Les auxiliaires de vie peuvent être salariés de particuliers qui les rémunèrent directement ou via une association dite « mandataire » qui s’occupe des formalités. Ils peuvent également être salariés d’associations « prestataires », d’organismes publics comme une commune (centre communal d’action sociale par exemple). Les contrats sont plus souvent à durée déterminée que pour l’ensemble des métiers et le temps partiel est très fréquent.

Lire la suite

2.02. Le métier d’aide médico-psychologique

2.02. Le métier d'aide médico-psychologiqueA la frontière du médical et du social, les aides médico-psychologiques (AMP) interviennent tant au niveau des soins que des activités de loisirs, plus généralement, dans le cadre de la prise en charge psychologique et éducative des enfants et des adultes handicapés, ou des personnes âgées dépendantes.
Les aides médico-psychologiques interviennent dans l’accompagnement des tâches quotidiennes (lever, toilette, repas, coucher) et le développement d’activités pour favoriser l’épanouissement sensoriel, mental ou social de ces personnes. Le métier d’aide médico-psychologique constitue la première qualification de la fonction éducative. Ils agissent au sein d’une équipe pluriprofessionnelle sous la responsabilité d’un travailleur social ou paramédical.
Il s’agit d’une fonction d’interface entre le médical et le social qui demande de maîtriser des notions et règles d’hygiène ou d’alimentation, ainsi que des qualités d’écoute et d’observation pour s’adapter à des handicaps variés.
Les aides médico-psychologiques travaillent essentiellement en instituts médico-éducatifs, en foyers ou maisons d’accueil spécialisé et plus rarement à domicile. Les horaires diffèrent suivant le type d’employeurs : horaires d’internat ou d’externat dans des institutions éducatives, possibles astreintes la nuit ou le week-end en centres d’hébergement, temps partiels et horaires irréguliers fréquents dans les services d’aide à domicile.

Lire la suite

2.03. Le métier d’éducateur(trice) technique spécialisé(e)

2.03. Le métier d'éducateur(trice) technique spécialisé(e)Les éducateurs techniques spécialisés peuvent être considérés comme les héritiers d’une véritable tradition d’encadrement et de formation professionnelle des jeunes en difficulté. Dès la fin du XIXe siècle, par exemple, des contremaîtres encadraient ainsi de jeunes « marginaux » placés dans les colonies agricoles. Aujourd’hui ils contribuent à l’intégration sociale et à l’insertion professionnelle de personnes présentant un handicap ou des difficultés d’ordre social ou économique, en encadrant des activités techniques.
Souvent issus du monde de l’entreprise, les éducateurs techniques spécialisés possèdent obligatoirement des compétences techniques initiales qu’ils transmettent aux personnes dont ils ont la charge. Cela peut aller de la menuiserie à la mécanique en passant par la cuisine ou la comptabilité. Ils ont une connaissance concrète du monde du travail et une culture professionnelle qui déborde du strict cadre de l’action éducative.
Etre prêt à travailler en équipe, bien posséder un métier de base, être à l’aise dans une démarche pragmatique, souhaiter transmettre des savoirs et des savoir-faire sont autant de compétences qui permettent d’être à l’aise dans ce métier. Les éducateurs techniques spécialisés font preuve de compréhension face aux inadaptations et aux handicaps des personnes dont ils ont la charge.
Les éducateurs techniques spécialisés travaillent le plus souvent au sein d’instituts médico-professionnels, des centres d’aide par le travail (CAT), des ateliers protégés, des centres de rééducation, des hôpitaux. Certains travaillent dans des structures appartenant au secteur de l’insertion par l’activité économique (IAE). Les deux tiers des emplois sont dans le secteur privé. Les contrats sont pour la plupart des CDI à temps plein.

Lire la suite

2.04. Le métier de moniteur(trice) éducateur(trice)

2.04. Le métier de moniteur(trice) éducateur(trice)Officiellement, les moniteurs-éducateurs sont chargés, en lien avec d’autres professionnels, d’aider à l’accompagnement quotidien des personnes accueillies (enfants, adolescents ou adultes inadaptés, handicapés ou en situation de dépendance). Dans la pratique, ils exercent bien souvent des responsabilités identiques à celles des éducateurs spécialisés.
Les moniteurs-éducateurs aident quotidiennement à instaurer, restaurer ou préserver l’adaptation sociale et l’autonomie des publics dont ils ont la charge. Ils participent à l’action éducative, à l’animation et à l’organisation de la vie quotidienne en liaison avec d’autres professionnels (éducateurs, psychologues, médecins...).
Les moniteurs-éducateurs travaillent au sein d’établissements médico-sociaux qui comportent pour la plupart des internats (centres de soins, instituts médico-pédagogiques, centres d’aides par le travail...). Ils peuvent également exercer en milieu hospitalier (services de pédiatrie, hôpitaux psychiatriques) ou dans des services d’aide sociale à l’enfance. Le secteur associatif est le principal employeur. Toutefois le cadre de la fonction publique offre des possibilités.
Les horaires sont irréguliers : les moniteurs-éducateurs peuvent travailler en journée comme assurer les permanences de nuit ou de week-end.

Lire la suite

2.05. Le métier de technicien(ne) de l’intervention sociale et familiale

2.05. Le métier de technicien(ne) de l'intervention sociale et familialeLes travailleurs familiaux - qui s’appellent désormais les technicien(ne)s de l’intervention sociale et familiale - épaulent ou suppléent, en général temporairement, des familles ou des personnes isolées, dans des moments difficiles : décès d’un parent, conflit familial, hospitalisation, naissance, longue maladie, handicap. Ils interviennent principalement au domicile des personnes et les aident dans l’entretien du logement, les courses, la tenue des comptes, des tâches de nursing, dans du soutien éducatif. Il peut s’agir aussi d’aider dans des démarches avec des organismes extérieurs.
Les techniciens de l’intervention sociale et familiale (TISF) aident les usagers à prendre en charge les gestes de la vie quotidienne. Ils interviennent au domicile des familles. Ils ont pour objectif de les amener à davantage d’autonomie et, à terme, à une meilleure insertion sociale. Ils utilisent pour cela le support des tâches ménagères et des activités domestiques.
La visée de leur intervention est socio-éducative : ils doivent favoriser l’autonomie, l’apprentissage et l’intégration sociale ainsi que l’équilibre relationnel entre les membres du foyer. Leur rôle est préventif, éducatif, d’accompagnement et de soutien.
Employés par des organismes prestataires publics ou privés (en particulier associations d’aides aux familles, CCAS, services d’Aide Educative en Milieu Ouvert), les TISF travaillent souvent par demi-journée. La fréquence et la durée de leur intervention sont négociées par l’organisme prestataire avec la famille, en fonction des aides accordées par la C.A.F., l’Assurance Maladie ou le Conseil général.

Lire la suite

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip