Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 2 - Les métiers du secteur social

2 - Les métiers du secteur social

2.06. Le métier d’éducateur(trice) de jeunes enfants

2.06. Le métier d'éducateur(trice) de jeunes enfantsAu sein du secteur social, les éducateurs de jeunes enfants (EJE) sont les spécialistes de la petite enfance (0 à 7 ans). Ils sont en effet les héritiers des jardinières d’enfants d’antan. Leur mission consiste à accompagner les jeunes enfants dans une démarche éducative et sociale globale, en lien avec leur famille.
Leurs principales fonctions se situent à trois niveaux : éducation, prévention, coordination. Ils s’attachent à favoriser le développement harmonieux des enfants, en stimulant leurs potentialités intellectuelles, affectives et artistiques. En créant un environnement riche et stimulant, ils contribuent à leur éveil, à leur autonomisation et à leur apprentissage de la vie sociale. Ils préparent les enfants à leur future entrée à l’école.
Patience, disponibilité, résistance à la fatigue nerveuse et physique, tout comme l’esprit d’observation, l’imagination et la créativité sont ici des qualités précieuses. Les éducateurs de jeunes enfants sont des travailleurs sociaux qui ont des connaissances en psychologie et en techniques éducatives.
Environ la moitié des éducateurs de jeunes enfants travaillent auprès d’enfants sans difficulté particulière, en crèches et en haltes-garderies. Les communes et les associations sont leurs principaux employeurs. Ils exercent également dans les services de pédiatrie des hôpitaux, les structures pour les enfants handicapés, les foyers de l’enfance, les pouponnières. Ils travaillent avec d’autres professionnels de la petite enfance comme les puéricultrices, les auxiliaires de puériculture, les assistantes maternelles ou encore les psychologues.

Lire la suite

2.07. Le métier d’éducateur(trice) spécialisé(e)

2.07. Le métier d'éducateur(trice) spécialisé(e)Profession phare du secteur social, aux côtés des assistants de service social, les éducateurs spécialisés ont pour mission d’aider les jeunes et les adultes handicapés ou inadaptés, et de faciliter leur insertion sociale. La profession est née pendant la seconde guerre mondiale, les premiers éducateurs, souvent issus des mouvements de jeunesse, étaient chargés de s’occuper des jeunes délinquants. Ils forment aujourd’hui le groupe des travailleurs sociaux le plus nombreux.
Les éducateurs spécialisés peuvent intervenir aussi bien en "milieu ouvert" qu’en institution. Leurs lieux d’intervention sont multiples : services sociaux, internats éducatifs, instituts médico-éducatifs, centres d’hébergement et de réinsertion sociale, entreprises d’insertion, équipes de prévention spécialisée, services d’action éducative en milieu ouvert, organismes participant à la politique de la ville, établissements sanitaires.
Par le soutien qu’ils apportent et par les projets qu’ils élaborent, les éducateurs spécialisés aident les personnes en difficulté à restaurer ou à préserver leur autonomie, à développer leur capacités de socialisation, d’intégration et d’insertion. Ils favorisent également les actions de prévention.
La grande majorité d’entre eux est salariée du secteur privé à but non lucratif (associations). Les autres éducateurs spécialisés sont des salariés du secteur public (un sur deux), fonctionnaires ou contractuels. Ils se répartissent de façon équilibrée entre les trois fonctions publiques. Globalement, l’emploi est stable mais une offre d’emploi sur deux propose un contrat à durée déterminée. Il peut s’agir de période d’essai avant un recrutement définitif.

Lire la suite

2.08. Le métier d’assistant(e) de service social

2.08. Le métier d'assistant(e) de service socialL’assistant de service social est le seul métier du travail social réglementé (code de l’action sociale et des familles) et soumis au secret professionnel. Les assistants de service social exercent de façon qualifiée, dans le cadre d’un mandat et de missions spécifiques à chaque emploi, dans une diversité d’institutions, de lieux et de champs d’intervention.
Ils peuvent intervenir auprès de publics très différents : enfants, adolescents, adultes, personnes âgées, malades, handicapées. D’une façon générale, ils mènent "des interventions sociales, individuelles ou collectives, en vue d’améliorer par une approche globale et d’accompagnement social les conditions de vie des personnes et des familles".
Plus précisément, leurs missions consistent à accompagner et soutenir les personnes aux prises avec des situations de changement ou de difficultés sociales ; informer sur les droits, par exemple aux prestations sociales, au logement, à la formation, à l’accès aux soins ; orienter en fonction des demandes, vers des centres d’accueil et différents spécialistes ; encadrer et animer des groupes de professionnels et de bénévoles et participer au développement social de quartiers ou de collectivités.
Les emplois sont stables, souvent à temps partiel et avec peu de turn-over. Huit emplois sur dix sont dans une des fonctions publiques (essentiellement les conseils généraux) ou dans les entreprises publiques nationales.

Lire la suite

2.09. Le métier de conseiller(e) en économie sociale et familiale

2.09. Le métier de conseiller(e) en économie sociale et familialeLes conseillers en économie sociale et familiale (CESF) sont « des travailleurs sociaux qui concourent à l’information et à la formation des adultes, pour les aider à résoudre les problèmes de la vie quotidienne ». La profession est née en 1943 avec les monitrices d’enseignement ménager. Aujourd’hui les conseillers s’adressent plutôt à des adultes, intervenant aussi bien sur le budget des familles qu’au niveau du logement, de l’alimentation et de la santé.
Le travail du conseiller en économie sociale et familiale vise à soutenir des personnes ou des familles qui ne parviennent plus à se débrouiller seules. Les conseillers leur apprennent à gérer leur budget et les accompagnent dans leurs démarches administratives. En matière de santé, d’éducation, ils apportent leurs connaissances et leurs conseils. En matière d’habitat, ils peuvent obtenir l’attribution d’un logement. Ils interviennent auprès des bénéficiaires du revenu minimum d’insertion (RMI). Ils contribuent à la prévention de l’exclusion sociale sous toutes ses formes.
Les conseillers exercent le plus souvent dans les services sociaux des communes et des départements, au sein des caisses de sécurité sociale ou d’allocations familiales. Ils peuvent aussi intervenir dans des secteurs plus spécialisés comme les organismes HLM, les associations d’aide à domicile ou les accueils aux migrants.

Lire la suite

2.10. Le métier de médiateur(trice) familial(e)

2.10. Le métier de médiateur(trice) familial(e)Les médiateurs familiaux "interviennent auprès des personnes en situation de rupture ou de séparation afin de favoriser la reconstruction de leur lien familial et aider à la recherche de solutions répondant aux besoins de chacun des membres de la famille". Leur champ d’intervention recouvre toutes les situations de l’union (mariage, concubinage, PACS), les situations de liens intergénérationnels ou de ruptures telles que décès, séparations, questions matrimoniales, absence de communication, ainsi que les situations familiales à dimension internationale ou encore impliquant le droit de l’enfant.
Les médiateurs familiaux reçoivent les familles qui viennent à eux spontanément ou qui leur sont adressées par le juge ou le travailleur social. Leur rôle est d’accompagner ses différents membres afin de trouver des perspectives acceptables pour chacun. Ils favorisent l’accompagnement du projet des personnes à travers l’organisation de leur rencontre, la restauration d’un dialogue, la gestion de leurs conflits dans le domaine familial. Ils accompagnent la recherche de solutions concrètes en amenant les personnes à trouver elles-mêmes les bases d’un accord mutuellement acceptable.
Les médiateurs familiaux ne travaillent pas seuls. Ils doivent savoir travailler en partenariat, en respectant les règles déontologiques. Ils peuvent rendre compte au juge aux affaires familiales par la rédaction d’un rapport au terme de la médiation.
L’emploi salarié est le plus fréquent. Les médiateurs familiaux peuvent travailler pour des établissements publics ou parapublics. Plus souvent, ils sont embauchés dans des associations du secteur social ou médico-social. En milieu associatif, d’autres formes d’activité que le salariat existent : certains médiateurs créent leur propre association. La fonction de médiateur familial peut également, dans certains cas, être exercée par des bénévoles.

Lire la suite

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip