Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 4 - Les métiers du secteur sanitaire > 4.13. Le métier de diététicien(ne)

Article au format PDF

4.13. Le métier de diététicien(ne)

Document de travail

Voir en ligne : la formation de diététicien(ne)

F4.13 / Le métier de diététicien(ne)
LES FAITS
Le descriptif du métier
Niveau de qualification : III
Les diététiciens sont des spécialistes de la nutrition. Ils interviennent auprès des individus qui ont besoin d’un suivi diététique personnalisé ou qui souhaitent équilibrer leur alimentation (par exemple, les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants et les adolescents, les personnes âgées, les sportifs, les adultes en surcharge pondérale).
Plus généralement, "les diététiciens apportent leur compétence scientifique et technique pour assurer la qualité des aliments et des préparations alimentaires, l’équilibre nutritionnel, l’établissement de régimes sur prescription médicale et le respect des règles d’hygiène". Ils travaillent en collaboration avec des médecins, des gestionnaires ou des chercheurs.
Il existe une pluralité d’interventions, de modes d’exercice et de statuts pour cette profession. A l’hôpital, les diététiciens travaillent en collaboration avec des médecins nutritionnistes, ils suivent le malade de son admission à sa sortie, ils établissent un régime alimentaire en fonction de son état de santé. Ils peuvent exercer dans d’autres secteurs que la santé : dans la restauration collective, ils ont pour rôle de veiller à l’équilibre nutritionnel des menus servis ; dans l’industrie, ils exercent dans les services de recherche et de marketing en proposant de nouveaux produits. En cabinet libéral (15 % d’entre eux), les diététiciens sont souvent complémentaires des médecins de ville, et soignent les troubles de la nutrition.
Ce métier requiert de réelles aptitudes en matière d’écoute et de communication pour amener le patient à exprimer les troubles alimentaires qui lui posent problème et pour l’accompagner vers la guérison. D’autres qualités doivent être aussi présentes (en gestion, organisation, animation) par exemple, dans le cadre d’une fonction de conseiller pour une collectivité.
Les chiffres clés du métier en Paca
Environ 4500 en France
La nomenclature PCS intègre les diététiciens dans un ensemble plus vaste des spécialistes de la rééducation, au même titre que les kinésithérapeutes, les orthophonistes, psychomotriciens, ...
Pas de source disponible
Nombre élevé au regard des emplois : 140
Source : DRTEFP – DEFM Catégories 1, 2 et 3 – 31 Décembre 2005
Part très importante des femmes : 98 %
Au niveau national, elles représentent 98 % des actifs
L'ANALYSE
Évolution de l'environnement professionnel
* Diététicien, une profession encore jeune : La profession a commencé au Canada vers le début du XX siècle. Elle est plus développée dans les pays anglo-saxons qu’en pays latins. Elle s’est réellement mise en place en France en 1949. Historiquement très présente dans les hôpitaux, elle tend à se diversifier. La pratique en cabinet libéral se développe. L’intervention du diététicien est souvent complémentaire à celle du médecin de ville (généraliste ou nutritionniste).
* Les troubles nutritionnels, véritable enjeu de santé publique : L’alimentation est une priorité de santé publique en France. En effet, la prévalence des troubles nutritionnels (malnutrition, obésité…) est élevée et en progression. La question des moyens dédiés à la prise en charge de ces troubles nutritionnels est posée (voir le Programme National Nutrition Santé). Pour les pouvoirs publics, les diététiciens jouent un rôle majeur.
Gestion des ressources humaines
* Débuter l’activité en libéral est difficile : Un professionnel débutant sur une activité libérale connaît des conditions de travail difficiles. Il partage souvent son temps entre le cabinet et l’hôpital (ou un établissement de soins). Il effectue fréquemment des vacations, des gardes (en fin de semaine ou les jours fériés). En cabinet libéral, son emploi doit s’adapter aux disponibilités de ses clients.
=> Ce problème du début de carrière est délicat, sachant qu’il est préférable d’avoir plusieurs années d’expérience avant de s’installer en libéral. Cela pose la question du nombre de postes disponibles en milieu hospitalier ou dans les collectivités. Le diététicien peut aussi construire son expérience dans d’autres secteurs comme celui des entreprises agroalimentaires, de la restauration collective ou de la recherche.
* Un environnement plus stable en milieu hospitalier : Une grande majorité des diététiciens travaille en milieu hospitalier. Les horaires sont réguliers et le travail est le plus souvent à temps plein. La rémunération est moins attractive mais l’emploi est plus stable.
=> Les possibilités d’évolution dans les établissements de soins sont fréquentes. Les diététiciens peuvent évoluer du grade de diététicien hospitalier à celui de surveillant chef de service. La formation permet également des passerelles vers d’autres métiers du secteur paramédical.
Pour en savoir plus :

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip