Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 4 - Les métiers du secteur sanitaire > 4.10. Le métier de manipulateur(trice) en électroradiologie médicale

Article au format PDF

4.10. Le métier de manipulateur(trice) en électroradiologie médicale

Document de travail

Voir en ligne : la formation de manipulateur(trice) en électroradiologie médicale

F4.10 / Le métier de manipulateur(trice) en électroradiologie médicale
LES FAITS
Le descriptif du métier
Niveau de qualification : III
Les manipulateurs en électroradiologie médicale réalisent des investigations ou des traitements qui utilisent des techniques très variées dépendant de l’imagerie médicale et de l’électrologie (radiologie classique, scanners, IRM, électrocardiogrammes, scintigraphie). Ils préparent les séances (produits nécessaires, réglage du matériel), déclenchent les appareils, effectuent le traitement informatique des résultats.
Le métier s’exerce sous contrôle d’un médecin et d’après prescription. L’activité n’est pas uniquement technique : les manipulateurs en électroradiologie travaillent au contact permanent des patients (accueil, mise en confiance, vérification de contre-indications, manipulation précautionneuse). Ils peuvent aussi intervenir dans des actes de soins, à travers l’application de procédures de traitement de certaines maladies (cancers).
Le métier ne peut s’exercer sans avoir le diplôme d’Etat de manipulateur d’électroradiologie médicale ou de technicien supérieur en imagerie médicale et radiologie thérapeutique. Tous les manipulateurs en électroradiologie médicale sont salariés, le statut libéral étant interdit par le code de la santé publique. Ils sont surtout présents dans le secteur privé (cabinets de radiologie, hopitaux et cliniques privés). Dans le secteur public, ils peuvent être titulaires mais aussi contractuels.
Les conditions de travail peuvent être exigentes. Si l’emploi stable est fréquemment garanti, les horaires peuvent être décalés : en cabinet tôt le matin et en soirée, gardes en hôpital.
Les chiffres clés du métier en Paca
Paca compte 9,4% des emplois nationaux : 2350
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Un très petit nombre de demandeurs d'emploi : 30
et une évolution importante de l'offre d'emploi (+40% de 2001 à 2006)
Source : DRTEFP – DEFM Catégories 1, 2 et 3 – 31 Décembre 2005
Un pourcentage de moins de 35 ans légèrement plus réduit qu'au niveau national : 24 %
Moyenne nationale : 28 %
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Plus de seniors qu'ailleurs : 36 %
Moyenne nationale des plus de 50 ans : 29,5%
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Evolution importante de l'offre d'emplois (%) : 40
Progression ensemble des métiers : +15,3%
Source : DRTEFP - DEFM Catégories 1, 2 et 3 - 2005 / 2000
L'ANALYSE
Évolution de l'environnement professionnel
* Des besoins croissants : La profession est l’une des plus âgées du secteur. Le nombre de professionnels est en augmentation mais il ne suffit pas à couvrir la demande. Celle-ci ne cesse d’augmenter du fait des besoins de la population et du développement de l’offre de soin.
* Des perspectives nouvelles ? Même si les niveaux de responsabilité et d’intervention sont bien délimités, dans les faits, les médecins radiologues peuvent être amenés à déléguer certains de leurs actes aux manipulateurs en électroradiologie. Pour optimiser le système de soin et régulariser les pratiques, les professionnels souhaitent faire évoluer les textes législatifs régissant le métier.
* Des projets de développement de spécialités : La perspective de nouvelles compétences qui pourraient être demandées aux manipulateurs en électroradiologie supposerait la mise en place de formations complémentaires. L’idée de plusieurs spécialités est évoquée par la profession, notamment celles de "dosimétriste" (mesure des doses à administrer dans les traitements en radiothérapie), "échographiste" et "technicien en cardiologie".
Gestion des ressources humaines
* Un métier qui peut séduire les jeunes : Le secteur de l’électroradiologie se caractérise par des évolutions technologiques permanentes en matière d’appareils d’investigation (IRM, scanners matériels de radiothérapie) et de techniques d’impression d’images (reconstruction 3D, fusion d’images). Les manipulateurs en électroradiologie doivent être au fait de ces évolutions.
=> Dans la perspective de traiter le problème de renouvellement générationnel, l’importance de l’usage des nouvelles technologies de l’information dans le métier peut être un levier pour attirer les jeunes.
* Des possibilités de carrière à valoriser : Les représentations sur le métier de manipulateur en électroradiologie se limitent fréquemment à la pratique de la radiologie générale : exploration des structures osseuses ou articulaires et des poumons. De nombreux autres actes sont pourtant réalisés : exploration des parties molles du corps humain, usage d’équipements sophistiqués, débouchés en médecine nucléaire, radiologie interventionnelle et radiothérapie.
=> La santé n’est pas le seul secteur employeur de manipulateurs. L’industrie (radiographie de matériaux et composants), la culture (radiographie d’oeuvres d’art), la police judiciaire (laboratoires scientifiques), la protection civile (risques nucléaires) sont des employeurs potentiels. Les demandes sont nombreuses et les besoins sont difficilement couverts. Une mutualisation des moyens entre ces secteurs serait souhaitable.
* L'importance à accorder aux règles de sécurité : Dans un contexte d’attention accrue aux risques professionnels, des contrôles de plus en plus stricts seront effectués en matière de radioprotection, conformément à la directive européenne Euratom 97/43 relative à la protection des personnes soumises aux expositions des rayonnements ionisants.
=> Le renforcement de la réglementation impacte directement l’approfondissement des compétences (formation continue des manipulateurs en emploi) et les besoins en nouveaux manipulateurs (formations initiales), comme le précise le schéma régional d’organisation sanitaire 2006 - 2011, dans son volet imagerie médicale.
Pour en savoir plus :

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip