Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 4 - Les métiers du secteur sanitaire > 4.09. Le métier de psychomotricien(ne)

Article au format PDF

4.09. Le métier de psychomotricien(ne)

Document de travail

Voir en ligne : la formation de psychomotricien(ne)

F4.09 / Le métier de psychomotricien(ne)
LES FAITS
Le descriptif du métier
Niveau de qualification : III
Le travail des psychomotriciens vise à rééduquer les personnes confrontées à des difficultés psychologiques, vécues au niveau de leur corps. Ils traitent des troubles du mouvement et du geste dont peuvent souffrir les individus à tous les âges : bégaiement, tic, trouble de l’orientation et du comportement. En utilisant les techniques de rééducation et de stimulation sensorielle, les psychomotriciens participent au traitement neuromoteur et psychomoteur ainsi qu’au projet thérapeutique global de la personne. Ils interviennent en séances de rééducation individuelles ou collectives sur prescription médicale.
L’examen psychomoteur permet de dresser le bilan des acquisitions, des retards ou des manques du patient. A l’issue du bilan, les psychomotriciens proposent une orientation vers un autre spécialiste pour des examens complémentaires ou vers un nouvel examen psychomoteur après un délai de quelques mois pour suivre l’évolution du patient.
Les actes qu’ils sont autorisés à pratiquer sont réglementés par un décret. Les psychomotriciens sont presque tous salariés. Ils sont intégrés à des équipes pluridisciplinaires composées de psychiatres, de psychologues et d’orthophonistes. Ils exercent dans des établissements hospitaliers publics ou privés, généraux ou spécialisés, au sein des services de puériculture, de pédiatrie, de psychiatrie, de neurologie, de gériatrie.
L’exercice de l’activité en libéral est peu développé car les actes ne font pas l’objet d’un remboursement par la Sécurité sociale. Seuls 7 % des psychomotriciens exercent sous ce statut.
Les chiffres clés du métier en Paca
Des emplois relativement peu nombreux : 390
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Beaucoup de demandeurs d'emploi : 109
Source : DRTEFP – DEFM Catégories 1, 2 et 3 – 31 Décembre 2005
Une faible part des moins de 35 ans : 22 %
Moyenne nationale : 35,8 %
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Une proportion relativement élevée des plus de 50 ans : 33 %
Moyenne nationale : 22,8 %
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Densité inférieure à la moyenne nationale : 8
Densité nationale : 10 pour 100 000 habitants
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
L'ANALYSE
Évolution de l'environnement professionnel
* Une forte hausse de l'emploi : De nombreux facteurs peuvent expliquer la progression de l’emploi en Paca (+ 33%) : l’accroissement du vieillissement et des situations de dépendance (telles les maladies d’Alzheïmer, de Parkinson), l’augmentation des pathologies neurodégénératives. Elle reste cependant à un niveau inférieur à la moyenne nationale.
* Une profession qui se structure : Depuis plus de 40 ans, le syndicat national d’union des psychomotriciens oeuvre au développement de la profession et de sa reconnaissance. Toutefois, ce n’est qu’en 1988 que les compétences professionnelles des psychomotriciens sont définies par décret. Ce métier se structure et s’organise : mise en place de formations continues, création d’associations et d’organismes comme la Fédération française des psychomotriciens, l’Association française des étudiants et des professionnels en psychomotricité.
* Un travail au sein d'équipes pluridisciplinaires : Les psychomotriciens sont en relation avec l’équipe soignante pour la coordination des soins et les psychologues pour le suivi. Ils coopèrent avec les services sociaux et scolaires. Ils collaborent avec le secteur hospitalier (qui en emploie 32 %) et libéral, les CAF, l’ensemble des structures de soins impliquées dans le suivi de la personne. Enfin, ils peuvent avoir des relations ponctuelles avec les fournisseurs de materiel médical.
Gestion des ressources humaines
* Une activité en croissance, mais peu de jeunes : La profession de psychomotricien est celle qui, avec les ergothérapeutes, en région Paca, a une densité inférieure à la moyenne nationale. Pour toutes les autres professions de santé observées, c’est l’inverse. Pour autant, les plus de 50 ans occupent une place plus importante dans la pyramide des âges qu’en moyenne nationale.
=> Il n’existe pas en Paca de formation préparatoire à la certification de psychomotricien. Les jeunes en situation d’emploi ont été formés dans d’autres régions. La part importante de demandeurs d’emploi (109) pour un faible nombre d’actifs (390) est surprenante. Ces demandeurs d’emploi ont principalement entre 25 et 49 ans. Ce phénomène mériterait une analyse plus fine.
* Les risques de pénibilité : Les conditions de travail des psychomotriciens peuvent être parfois difficiles : déplacements fréquents, mobilité entre les diverses structures, organisations du travail différentes. Il doit veiller au respect des règles et des procédures dans la mise en oeuvre des protocoles médicaux. La charge mentale peut être importante.
=> Dans ce contexte, le processus de formation tout au long de la vie se justifie pleinement. Les échanges de pratiques, l’accompagnement face aux difficultés "morales" peuvent aider à progresser.
Pour en savoir plus :

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip