Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 4 - Les métiers du secteur sanitaire > 4.06. Le métier d’orthophoniste

Article au format PDF

4.06. Le métier d’orthophoniste

Document de travail

Voir en ligne : la formation d’orthophoniste

F4.06 / Le métier d’orthophoniste
LES FAITS
Le descriptif du métier
Niveau de qualification : III
Les orthophonistes préviennent et prennent en charge, sur prescription médicale, les troubles de la communication écrite et orale. Il sont amenés, à ce titre, à s’occuper des malentendants auxquels ils apprennent à lire et à parler sur les lèvres, d’enfants souffrant de retards d’expression ou de troubles comme le bégaiement ou ayant des difficultés d’apprentissage de la lecture, de l’orthographe, de l’écriture ainsi que du langage mathématique. Ils soignent également des adultes ayant des troubles de la voix (chanteurs, professeurs) ou privés de leurs facultés d’expression ou de compréhension (surdité, accidents cérébraux). Ils dressent un bilan, qui aide à l’établissement du diagnostic médical et ils tracent le plan d’une rééducation éventuelle.
La profession est réglementée par le code de la santé publique. Les orthophonistes sont tenus de faire enregistrer à la préfecture de département leur diplôme ou leur autorisation.
Les orthophonistes peuvent exercer leur profession en libéral. Ils travaillent en cabinet, seul ou en groupe, ou au domicile du patient. En Paca, les libéraux représentent 86 % des orthophonistes (c’est plus qu’en moyenne nationale : 80 %). Les autres travaillent au titre de salarié, soit du secteur public (services hospitaliers), soit dans le secteur privé (instituts d’éducation sensorielle, instituts pour enfants sourds ou malentendants). Ils peuvent également combiner les services hospitaliers et les activités salariées.
Les chiffres clés du métier en Paca
12 % des orthophonistes de France : 1758
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Une demande d'emploi quasi inexistante : 37
Source : DRTEFP – DEFM Catégories 1, 2 et 3 – 31 Décembre 2005
Plus de seniors qu'en moyenne nationale : 37 %
Moyenne nationale des plus de 50 ans : 31 %
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Une évolution de l'emploi dans le rythme national : 18 % sur les cinq dernières années
Moyenne nationale : 19 %
Source : DREES - Fichier ADELI - 1er Janvier 2006 / 2001.
C’est le secteur de la santé et de l’action sociale qui reste le 1er employeur, mais seuls 6 % des emplois sont des emplois hospitaliers.
Région où la densité est la plus forte : 37
Moyenne nationale : 27 pour 100 000 habitants
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
L'ANALYSE
Évolution de l'environnement professionnel
* Une évolution permanente des techniques : La profession est en constante évolution. Les orthophonistes doivent se tenir au courant des progrès techniques effectués dans leur domaine. Ces derniers sont nombreux et souvent issus des recherches des différents laboratoires universitaires auxquels les écoles sont associées. La recherche pluridisciplinaire est très active en France.
* Développer la prévention : Comme toutes les professions de santé, le métier d’orthophoniste est soumis aux politiques de santé dont celles de prévention et de dépistage précoce. La nature des interventions évolue en cherchant à prendre en compte les troubles de la communication le plus en amont possible.
* Une place à consolider : L’évolution législative dans les différents pays d’Europe tend à valoriser la profession d’orthophoniste en la positionnant à un niveau supérieur au niveau français (III). Par ailleurs de nombreuses nouvelles filières universitaires investissent le champ de la rééducation du langage (filières universitaires en sciences humaines spécialisées dans les pathologies langagières, par exemple).
Gestion des ressources humaines
* Une progression dans la carrière quasi inexistante : L’évolution et la promotion professionnelle sont faibles et s’installer en libéral reste la solution pour augmenter ses revenus.
Depuis 2002, dans la fonction publique hospitalière, les orthophonistes bénéficient de carrières élargies par la création de corps de cadres de la santé et de directeurs de soins.
=> Des passerelles sont possibles avec les métiers des sciences de l’éducation, des sciences sanitaires et sociales, ainsi que ceux des sciences du langage. Une complémentarité, et non une concurrence, est à rechercher entre tous ces métiers qui touchent à la rééducation de l’expression, et ce afin de favoriser les mobilités professionnelles et les déroulements de carrière.
* Trouver sa place au sein d'une équipe médico-sociale : Les orthophonistes peuvent être amenés à travailler avec des médecins : pédiatres, psychiatres, gériatres, ainsi qu’avec des psychologues, pédagogues et assistantes sociales. Ce travail d’équipe est valorisant et permet de mieux gérer le relationnel avec les patients.
Certains sont formateurs, à temps partiel le plus souvent, et peuvent intervenir dans la lutte contre l’illettrisme par exemple.
=> La place de l’orthophoniste n’est pas qu’au sein des équipes médicales. Elle peut aussi être dans des équipes sociales, ce métier pouvant relever des problématiques médico-sociales. C’est bien l’ensemble des équipes qui est concerné par l’intégration de cette profession. Mais comme pour beaucoup de métier de la ré-éducation, il n’est pas simple de faire sa place.
Pour en savoir plus :

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip