Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 4 - Les métiers du secteur sanitaire > 4.05. Le métier de pédicure podologue

Article au format PDF

4.05. Le métier de pédicure podologue

Document de travail

Voir en ligne : la formation de pédicure podologue

F4.05 / Le métier de pédicure-podologue
LES FAITS
Le descriptif du métier
Niveau de qualification : III
Le métier de pédicure-podologue recouvre deux champs complémentaires : la pédicurie qui soigne toutes les affections de la peau et des ongles du pied, la podologie qui vise à rééquilibrer la structure du pied. Dans ce cadre, sur presciption médicale, les pédicures - podologues conçoivent et fabriquent des semelles orthopédiques pour compenser les malformations du pied et pratiquent des exercices de rééducation postopératoire.
Plusieurs activités constituent la base du métier de pédicure - podologue : les soins de prévention (ponçage de peaux mortes, désépaississement d’ongles, massage de détente), le traitement de pathologies (verrues, ongles incarnés, problèmes de "pieds diabètiques"). Les pédicures-podologues peuvent prescrire des médicaments (en application externe) et pratiquer des interventions. Ils conseillent des publics très divers (enfants, personnes âgées, sportifs).
Le plus souvent ils travaillent en libéral, parfois, en établissement de soins, d’hospitalisation ou de cure. Les emplois salariés sont rares.
Les conditions de travail sont souvent irrégulières : les horaires peuvent être décalés pour s’adapter aux disponibilités de la clientèle. Les lieux de consultation peuvent être multiples : le domicile des patients, un cabinet principal et un ou plusieurs cabinets secondaires.
Les chiffres clés du métier en Paca
PACA, 9,2% des emplois nationaux : 997
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Très peu de demandes d'emploi : 16
Les données ANPE sous-estiment les demandes d'emplois qui passent par d'autres réseaux spécialisés.
Source : DRTEFP – DEFM Catégories 1, 2 et 3 – 31 Décembre 2005
Moins de jeunes qu'en moyenne nationale : 30 %
Moyenne nationale des moins de 35 ans : 39 %
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Plus de seniors qu'ailleurs : 36 %
Moyenne nationale des plus de 50 ans : 27 %
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Une densité plus forte en Paca qu'en moyenne nationale : 21
Densité moyenne nationale : 18
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
L'ANALYSE
Évolution de l'environnement professionnel
* Un métier dont les actes peuvent se partager avec d'autres : Le développement de la profession de pédicure-podologue est soumis à diverses contraintes. Une partie des actes est partagée avec les médecins, infirmiers ou kinésithérapeutes. Le remboursement des soins pour les patients est souvent très limité. Même au niveau européen, la nature des actes diffère selon les pays. En Espagne, par exemple, le pédicure-podologue peut pratiquer de la petite chirurgie avec anesthésie.
* Un potentiel de développement : Si l’on se réfère au vieillissement de la population, les professionnels devraient être davantage sollicités pour des soins auprès de personnes âgées, qu’il s’agisse de soins courants (désépaississement d’ongles) ou de problématiques plus lourdes (circulatoires, neurologiques). Dans ce cas se pose la question de la solvabilité de ces actes. Le développement du sport amateur et professionnel peut être un nouveau créneau. A noter aussi l’intérêt d’une clientèle pour la réflexologie plantaire.
* Une veille technologique très importante : La profession de pédicure-podologue est soumise à l’évolution de l’environnement technologique concernant le matériel de mesure et de diagnostic. Celle-ci peut être très rapide. De même, le contexte d’évolution des normes d’hygiène et de stérilisation impacte les pratiques. Les évolutions récentes de prise en compte de la douleur les amènent à utiliser de nouvelles techniques comme la cryothérapie ou l’application de pommades analgésiques.
Gestion des ressources humaines
* Positionner clairement le métier : Les deux composantes d’activité du pédicure podologue peuvent être rapprochées de métiers voisins : il existe ainsi des tendances à associer la pédicurie au métier d’esthéticien (en réduisant le travail à des activités d’hygiène et d’embellissement) et à prendre la podologie pour une spécialité des études de médecine.
=> Le pédicure-podologue est probablement le métier de rééducation qui se rapproche le plus des professions exerçant des soins. Ce rapprochement qui peut être un frein à son développement, peut être un atout pour attirer des jeunes.
* Un enjeu de soutien à l'installation en libéral : Pour celui ou celle qui souhaite devenir pédicure-podologue, il s’agit de prendre en compte les exigences du statut libéral, statut le plus probable si l’on s’engage dans cette voie professionnelle. Comme pour tous les professionnels de la rééducation dont les actes en milieu hospitalier sont rares, l’accès à l’installation en libéral peut être facilité au travers d’un accompagnement des plus jeunes.
=> Les contingences financières sont à prendre en considération (budget d’installation + prise en compte du forfait plancher de cotisation à l’URSAFF impactant le volume d’actes à assurer). Il importe de veiller à la préparation à l’insertion professionnelle. Cet accompagnement pourrait concerner le travail sur le projet professionnel, la sensibilisation aux démarches administratives et aux méthodes de développement de réseau professionnel.
Pour en savoir plus :

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip