Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 4 - Les métiers du secteur sanitaire > 4.03a. Le métier d’infirmier(e)

Article au format PDF

4.03a. Le métier d’infirmier(e)

Document de travail

Voir en ligne : la formation d’infirmier(e)

F4.03a / Le métier d’infirmier(e)
LES FAITS
Le descriptif du métier
Niveau de qualification : III
Les infirmiers dispensent des soins, réglementés par décret, afin de maintenir ou de restaurer la santé de la personne et de l’accompagner. Les actes sont très variés mais réglementés, et s’accompagnent de tâches administratives, surtout en établissement.
Les infirmiers peuvent exercer en tant que salariés ou en libéral. Les lieux d’exercice sont très variés : hôpitaux publics ou privés, cliniques, centres de rééducation, dispensaires, foyers d’hébergement, associations de prévention, mutuelles, centres de médecine du travail. Le rythme de travail est très spécifique : garde de nuit, le week end et les jours fériés.
Les infirmiers sont les professionnels de la santé les plus nombreux, ils sont 47 000 au 1er janvier 2006 en région Paca. Le nombre d’infirmiers comparé au nombre d’habitants est très important, c’est la deuxième région de France en termes de densité, mais ceci n’entraîne pas pour autant un phénomène de saturation, la demande de soins restant très forte.
Les infirmiers se répartissent sur l’ensemble du territoire régional, avec un niveau plus élevé dans les Bouches-du-Rhône (effet Marseille) et dans les Hautes-Alpes où se situent de nombreux établissements de soins et de rééducation.
Les chiffres clés du métier en Paca
La profession de santé la plus importante : 47066
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Un chiffre de demandeurs d'emploi paradoxal ? 597
Source : DRTEFP – DEFM Catégories 1, 2 et 3 – 31 Décembre 2005
Moins de jeunes en Paca : 21 %
Moyenne nationale des moins de 35 ans : 29 %
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Plus de seniors que dans les autres régions : 38 %
Moyenne nationale des plus de 50 ans : 30 %
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Une profession toujours en croissance : 12 %
Source : DREES - Fichier ADELI - 1er Janvier 2006 / 2001.
Densité régionale très forte : 989
Densité nationale : 768
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
L'ANALYSE
Évolution de l'environnement professionnel
* Evolution des tâches : Le contenu du travail évolue sous l’effet de l’augmentation de la technicité des actes et du recentrage sur le patient pour une prise en charge globale et individualisée. L’infirmier est de plus en plus souvent "en solo" dans son action, mais dans le même temps, s’intègre de plus en plus dans des réseaux de soins.
* De nouvelles perspectives de mobilité : Avec la validation des acquis de l’expérience, bientôt possible pour les infirmiers, et la mise en place de formations avec des modules communs à différents métiers, une fluidité entre métiers devrait se mettre en place. Des actes autrefois réservés aux médecins seront peut-être bientôt délégués aux infirmiers, ce qui régulariserait des pratiques déjà existantes.
Des formations complémentaires pourraient être mises en place.
* La profession souhaite se doter d'un conseil de l'ordre, à l'instar des médecins : Un projet de loi est en cours de discussion. L’objectif essentiel est de permettre aux infirmiers d’être représentés auprès des pouvoirs publics et de valoriser la place qu’ils occupent dans le système de soins ainsi que leur rôle actif dans le développement de la santé publique.
Gestion des ressources humaines
* Besoins croissants d'infirmiers : La population vieillit et génère une augmentation de la demande de soins à domicile ou en établissement. Conjugué aux prochains départs d’infirmiers à la retraite, le besoin de main-d’oeuvre va aller grandissant. Les ASSEDIC relèvent que ce métier fait partie des 15 premiers, tous secteurs confondus, pour lesquels les projets de recrutement sont les plus élevés et pour lesquels les employeurs signalent des difficultés.
=> La diversité des employeurs peut conduire à une diversification des rémunérations, chacun cherchant à capter et à fidéliser les infirmiers. L’augmentation du nombre d’infirmiers en région passe, entre autres, par de nouvelles augmentations de quotas des élèves en institut de formation des soins infirmiers.
* Des métiers en évolution : Il existe un contexte général de pénurie de main-d’oeuvre dans les métiers de la santé. Le contenu du travail pourraît évoluer et les frontières entre le médecin, l’infirmier et l’aide-soignant être plus distendues. Le "marché" des actes infirmiers se modifie en fonction des politiques publiques. La création des services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) qui associent infirmiers et aide-soignants est parfois vécue comme une concurrence par les infirmiers libéraux, notamment pour le "nursing".
=> Le développement des métiers et des fonctions de soins à des niveaux de qualification intermédiaires entre aide-soignant et infirmier (Niveau IV) pourrait conduire à une meilleure distinction des actes entre professionnels de niveaux de qualification différents (Niveau V et niveau III).
* Le nombre de contrats à durée déterminée augmente : Les plannings sont de plus en plus complexes à gérer en raison des effectifs très "ajustés" dans les établissements. Les vacances, les absences de longue durée, la formation continue, nécessitent de faire appel à des renforts externes. Il existe de nombreuses agences d’intérim spécialisées pour cette profession.
=> Les organisations comme les groupements d’employeurs ou la possibilité pour les salariés de cumuler plusieurs employeurs peuvent apparaître comme un type de réponse sur des zones très sensibles.
Pour en savoir plus :

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip