Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 4 - Les métiers du secteur sanitaire > 4.02. Le métier de préparateur(trice) en pharmacie hospitalière

Article au format PDF

4.02. Le métier de préparateur(trice) en pharmacie hospitalière

Document de travail

Voir en ligne : la formation de préparateur(trice) en pharmacie hospitalière

F4.02 / Le métier de préparateur(trice) en pharmacie hospitalière
LES FAITS
Le descriptif du métier
Niveau de qualification : III
Les préparateurs en pharmacie contribuent à la délivrance des médicaments sous la responsabilité des pharmaciens. Ils sont les "seuls autorisés à seconder le titulaire de l’officine et les pharmaciens qui l’assistent dans la préparation et la délivrance au public des médicaments destinés à la médecine humaine et à la médecine vétérinaire. Ils assument les tâches sous la responsabilité et le contrôle effectif d’un pharmacien. Leur responsabilité pénale reste engagée".
Dans les établissements de santé "la gérance d’une pharmacie à usage intérieur est assurée par un pharmacien". Les pharmaciens peuvent se faire aider par des préparateurs en pharmacie. "Ces personnes sont placées sous l’autorité technique du pharmacien chargé de la gérance". La pharmacie à usage intérieur est chargée de répondre aux besoins pharmaceutiques de l’établissement où elle est créée.
Les préparateurs en pharmacie hospitalière concourent à la préparation ainsi qu’à la dispensation et à la gestion des médicaments, des dispositifs médicaux et des opérations de stérilisation. Ils délivrent des médicaments et des dispositifs médicaux, ils effectuent les opérations d’approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et des services de soins. Ils réalisent des conditionnements, des préparations pharmaceutiques en milieu hospitalier, ils conduisent des opérations de préparation des dispositifs médicaux stériles. Ils maintiennent et contrôlent les équipements de préparation, de conditionnement, de stérilisation, de stockage, de production d’eau. Ils traitent l’information et contrôlent la traçabilité. Ils conseillent, encadrent et forment (les employés de pharmacie).
Les chiffres clés du métier en Paca
Les actifs "préparateurs en pharmacie" sont : 4878
La PCS intègre dans les préparateurs en pharmacie ceux qui exercent en officine comme les préparateurs en pharmacie hospitalière. Il n'est pas possible de les distinguer. On dénombre en Paca, 279 pharmacies d'usage intérieur.
Source : INSEE - RP99 - Traitement ORM.
Nombreux demandeurs d'emploi mais sur des durées très courtes : 500
Source : DRTEFP – DEFM Catégories 1, 2 et 3 – 31 Décembre 2005
Une croissance du nombre d'emplois soutenue : + 38 % entre 1990 et 1999
Source : INSEE - RP99 - Traitement ORM.
Une estimation des actifs en "hospitalière" difficile : Sur les 4878 actifs occupés, 372 le sont par les hopitaux publics. 4480 sont salariés du secteur privé, sans distinction entre officines et milieu hospitalier.
Source : INSEE - RP99 - Traitement ORM.
L'ANALYSE
Évolution de l'environnement professionnel
* Des évolutions réglementaires récentes : Depuis le 1er Janvier 2002, les préparateurs en pharmacie hospitalière bénéficient de perspectives de carrière élargies, à la suite de la création des corps de cadres de santé et de directeurs de soins qui leur sont accessibles. Ces débouchés peuvent rendre plus attractif le métier. En août 2006, une nouvelle réglementation élargit l’accès à la certification obligatoire pour exercer ce métier.
* Evolution des méthodes de soins et des matériels : Les évolutions technologiques en mode de stérilisation, en radio-pharmacie par exemple, nécessitent une mise à jour permanente des connaissances et des compétences techniques toujours plus élevées. De plus en plus de tâches manuelles s’automatisent.
* Adaptations aux patients et traçabilité : Les préparateurs en pharmacie hospitalière sont de plus en plus sollicités pour réaliser des préparations, dans un souci d’adapter le plus possible la posologie au patient. Dans le même temps, le renforcement de la sécurité sanitaire induit le renforcement des procédures de traçabilité, l’utilisation plus intense et plus qualifiée de l’informatique dédiée. Ces évolutions influent sur les compétences à mobiliser.
Gestion des ressources humaines
* Des postes attractifs : Le métier de préparateur en pharmacie hospitalière ne peut s’exercer qu’avec le diplôme correspondant, lui-même n’étant accessible qu’aux seuls détenteurs du brevet professionnel de préparateur en pharmacie. Les conditions d’exercice en officine, parfois difficiles (zones rurales, par exemple) et offrant peu de possibilités d’évolution de carrière, sont des facteurs qui rendent plus attractifs les postes ouverts en hopitaux.
=> L’attractivité, pour les jeunes, des postes de préparateur en milieu hospitalier, peut gêner les recrutements dans certaines officines où le manque de main-d’oeuvre se fait ressentir. De plus, près de 50% des préparateurs en pharmacie hospitalière d’aujourd’hui seront partis à la retraite d’ici à 2010. L’enjeu est ici de concilier les besoins des officines et les besoins en milieu hospitalier.
* Le coeur de métier à valoriser : L’aspect "commercial" de l’activité des pharmacies est nettement moins marqué dans une pharmacie intérieure d’un établissement de santé que dans une officine de ville. Les préparations et les stérilisations restent au coeur de l’activité du préparateur.
=> L’activité en pharmacie hospitalière valorise le métier de préparateur, phénomène qui semble plus s’éparpiller en officine, surtout dans les plus petites où il existe des risques de glissement de fonctions. Ces risques sont moins marqués en milieu hospitalier. Ce métier encore "jeune" dans sa structuration actuelle semble trouver rapidement sa place.
Pour en savoir plus :

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip