Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 4 - Les métiers du secteur sanitaire > 4.01. Le métier de sage-femme

Article au format PDF

4.01. Le métier de sage-femme

Document de travail

Voir en ligne : la formation de sage femme

F4.01 / Le métier de sage-femme
LES FAITS
Le descriptif du métier
Niveau de qualification : II
Les sages-femmes exercent une profession médicale dont les actes et prescriptions médicamenteuses sont réglementées. Leur champ de compétence concerne la femme enceinte et la naissance. Il est toutefois limité à la grossesse et à l’accouchement normal, un médecin devant obligatoirement prendre le relais en cas de grossesse ou d’accouchement pathologique.
Les sages-femmes assurent le suivi médical de la grossesse (examen clinique, échographie, surveillance du foetus, dépistage des facteurs de risque ou des pathologies) ainsi que de l’accompagnement psychologique de la future mère et les séances de préparation à l’accouchement.
Elles ont la responsabilité du déroulement de l’accouchement normal, depuis le diagnostic de début de travail jusqu’à la délivrance. Après la naissance, elles dispensent les soins au nouveau-né et pratiquent, si nécessaire, les premiers gestes de réanimation en l’attente du médecin. Elles surveillent la santé de la mère dans les premiers jours suivant la naissance, lui apportent les informations sur la contraception et la conseillent sur l’hygiène et l’alimentation du bébé.
Les sages-femmes peuvent exercer en tant que salariée dans des établissements de soins publics ou privés (80 %). Elles peuvent également assurer des fonctions de direction ou d’enseignement dans des écoles de sages-femmes. Elles exercent aussi en libéral (12 %). Dans ce cas, elle sont rémunérées à l’acte. Enfin, elles peuvent exercer comme salariées de la fonction publique (3 %) dans les services de protection maternelle et infantile.
Les chiffres clés du métier en Paca
8 % des effectifs nationaux : 1388
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Très peu de demandeurs d'emploi : 21
Source : DRTEFP – DEFM Catégories 1, 2 et 3 – 31 Décembre 2005
Une part de jeunes un peu en retrait : 28 %
Moyenne nationale des moins de 35 ans : 29,4 %
Les seniors plus nombreux qu'en moyenne nationale : 32 %
Moyenne nationale des plus de 50 ans pour le métier : 26,7 %
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
Forte densité des sages-femmes en Paca, mais avec des disparités départementales : 126
Moyenne nationale du métier : 116. Dans les Hautes-Alpes : 155, dans les Alpes-Maritimes : 106.
Source : DREES - Fichier ADELI – 1er Janvier 2006
L'ANALYSE
Évolution de l'environnement professionnel
* Un transfert d'actes médicaux : Les problèmes de l’accès à la spécialisation de gynécologie au sein des études de médecine et l’installation des médecins spécialistes se répercutent directement sur les conditions d’exercice du métier de sage-femme. Les responsabilités médicales et obstétriques s’accroissent, induisant un renforcement des connaissances médicales pour les sages-femmes. Ce transfert s’accompagne d’un renforcement de la traçabilité des activités.
* Un développement de l'exercice libéral : Entre 2001 et 2006, la part des sages-femmes libérales a augmenté de plus de 30 % en Paca. Aujourd’hui, plus d’une sage-femme sur cinq a choisi ce statut. Elles sont plus souvent sollicitées pour des suivis post-natals (séjours en établissement plus courts) ou pour préparer les jeunes femmes à l’accouchement. L’exercice en libéral permet de répondre à ces besoins notamment dans le cadre du développement de l’hospitalisation à domicile en gynécologie - obstétrique. En revanche, il ne permet pas toujours de pratiquer les accouchements par manque de plateaux techniques.
* Une réorganisation des maternités : La réorganisation de la périnatalité structure les maternités selon des niveaux de technicité et de mise en réseau. En région, ces dernières années ont vu apparaître des fermetures de maternité accentuant les différences d’accès aux soins dans les zones rurales les plus éloignées des grands centres hospitaliers. Cette évolution modifie profondément les conditions d’exercice du métier de sage-femme.
Gestion des ressources humaines
* Des besoins croissants : La mise en place du plan de périnatalité (cf SROS volet périnatalité), la gestion des 35 heures hebdomadaires, le taux de natalité soutenu depuis 2000, font que les besoins de sages-femmes ne cessent de croître. L’augmentation du nombre de sages-femmes en Paca est de même niveau qu’en moyenne nationale sur les cinq dernières années. Pour autant, les employeurs potentiels mentionnent des difficultés de recrutement.
=> L’augmentation du nombre de sages-femmes en région s’accompagne également d’une augmentation du nombre de places en entrée en formation. Les difficultés de recrutement semblent plus correspondre à un désir de quitter le statut de salarié et s’installer en exercice libéral. Les évolutions des conditions d’exercice du métier en sont les éléments moteurs. L’enjeu de maintien dans l’emploi salarié dépasse ici largement la cadre de la formation.
* Une redéfinition des missions au sein de la filière "périnatalité" : La sage-femme est au coeur de la filière "périnatalité". Elle travaille avec les auxiliaires de puériculture, les puéricultrices, les médecins gynécologues-obstétriciens, les pédiâtres. L’ensemble de ces professions connait des difficultés de recrutement et de maintien dans l’emploi. Ces phénomènes contribuent au vieillissement de la profession.
=> Un travail de fidélisation et de prévention de la rupture semble être nécessaire pour garder un maximum de sages-femmes en exercice sur le métier, afin que le phénomène de carence ne s’intensifie pas. Les difficultés de recrutement liées à l’accroissement du nombre de sage-femmes exerçant en libéral peuvent être amoindries par une plus grande complémentarité entre professionnels et institutions.
Pour en savoir plus :

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip