Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 2 - Les métiers du secteur social > 2.08. Le métier d’assistant(e) de service social

Article au format PDF

2.08. Le métier d’assistant(e) de service social

Document de travail

Voir en ligne : la formation d’assistant(e) de service social

F2.08 / Le métier d’assistant(e) de service social
LES FAITS
Le descriptif du métier
Niveau de qualification : III
L’assistant de service social est le seul métier du travail social réglementé (code de l’action sociale et des familles) et soumis au secret professionnel. Les assistants de service social exercent de façon qualifiée, dans le cadre d’un mandat et de missions spécifiques à chaque emploi, dans une diversité d’institutions, de lieux et de champs d’intervention.
Ils peuvent intervenir auprès de publics très différents : enfants, adolescents, adultes, personnes âgées, malades, handicapées. D’une façon générale, ils mènent "des interventions sociales, individuelles ou collectives, en vue d’améliorer par une approche globale et d’accompagnement social les conditions de vie des personnes et des familles".
Plus précisément, leurs missions consistent à accompagner et soutenir les personnes aux prises avec des situations de changement ou de difficultés sociales ; informer sur les droits, par exemple aux prestations sociales, au logement, à la formation, à l’accès aux soins ; orienter en fonction des demandes, vers des centres d’accueil et différents spécialistes ; encadrer et animer des groupes de professionnels et de bénévoles et participer au développement social de quartiers ou de collectivités.
Les emplois sont stables, souvent à temps partiel et avec peu de turn-over. Huit emplois sur dix sont dans une des fonctions publiques (essentiellement les conseils généraux) ou dans les entreprises publiques nationales.
Les chiffres clés du métier en Paca
10 % des effectifs nationaux sont en PACA : 3812
Source : INSEE - RP99 - Traitement ORM.
Une demande d'emploi difficilement mesurable : 833
La nomenclature ROME intègre les assistants de service social dans la catégorie "intervenant d'action sociale".
Source : DRTEFP – DEFM Catégories 1, 2 et 3 – 31 Décembre 2005
Très peu de jeunes dans le métier : 26 %
Moyenne régionale des moins de 35 ans tous métiers : 32 %
Source : INSEE - RP99 - Traitement ORM.
Une forte proportion de femmes : 94 %
Moyenne régionale tous métiers : 45 %
Source : INSEE - RP99 - Traitement ORM.
Une évolution de l'emploi qui se poursuit : + 20 % entre 1990 et 1999
Evolution moyenne régionale tous métiers 1990 - 1999 : 4,4 %
Source : INSEE - RP99 - Traitement ORM.
L'ANALYSE
Évolution de l'environnement professionnel
* Des situations d'urgence qui s'intensifient : Elles concernent le logement (expulsions, non paiements des loyers, insalubrité des immeubles), la pauvreté, les difficultés bancaires (impayés), les difficultés scolaires. Face à ces phénomènes, les assistants de service social sont amenés à développer de plus en plus une capacité d’expertise globale.
* Une augmentation de la demande : Les populations fragiles (personnes âgées, personnes handicapées) sont en nombre croissant dans la région. Les questions de maintien à domicile, d’encadrement de soins, d’accès à de nouvelles allocations spécifiques se posent de plus en plus. Cela génère aussi un élargissement des connaissances et des interventions des assistants de service social.
* Une augmentation du travail "administratif" : Ces évolutions s’accompagnent également d’une exigence plus forte dans la traçabilité des actions des assistants de service social. Ceci génère des temps plus longs consacrés aux tâches administratives.
Gestion des ressources humaines
* Vers un assistant référent et animateur : Le travail en équipe et en réseau se développe. L’assistant de service social est de plus en plus souvent amené à coordonner les équipes locales de travailleurs sociaux et à travailler en réseau avec tous les organismes sociaux présents dans son environnement. Celui-ci peut être lié au territoire, comme à un groupe d’individus.
=> Les assistants de service social sont souvent en première ligne dans des problèmes sociaux lourds. Les actions de formation permanente peuvent contribuer à prévenir les phénomènes de découragement.
* Peu de très jeunes assistants : La profession est relativement âgée compte tenu du fait que la dernière vague de recrutements importants date des années 1980. La question de son renouvellement ne se posera réellement que dans une quinzaine d’années, mais d’ici là, les risques d’usure professionnelle peuvent s’accentuer et les départs anticipés peuvent décaler cette pyramide des âges.
=> Les situations sociales rencontrées demandent une maturité affective et émotionnelle. Les jeunes sont moins nombreux dans le métier que dans d’autres métiers du travail social ou de l’ensemble des métiers en région. Les viviers de recrutement semblent se situer plutôt parmi les personnes en situation d’emploi, que directement après les classes terminales de lycée.
* Une stabilité relative des conditions d'emploi : Le développement des situations précaires, la croissance de la population âgée, l’importance des politiques publiques dans le cadre des services à la personne, laissent penser que les emplois sont en croissance. C’est le cas. Mais l’employeur de type associatif est plus fragile que l’employeur collectivité territoriale, c’est le cas notamment dans les prestations d’accompagnement des RMIstes.
=> Il s’agit ici d’un enjeu de maintien dans l’emploi. Un poste d’assistant social en association est de nature plus fragile qu’un poste de titulaire de la fonction publique dans une collectivité car son financement est remis en question régulièrement, même s’il s’agit d’une délégation de service public. La qualité des conditions de travail garantissant l’efficacité exige d’importants moyens d’accompagnement. Ce n’est pas toujours le cas.
Pour en savoir plus :

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip