Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 2 - Les métiers du secteur social > 2.02. Le métier d’aide médico-psychologique

Article au format PDF

2.02. Le métier d’aide médico-psychologique

Document de travail

Voir en ligne : La formation d’aide médico-psychologique

F2.02 / Le métier d'aide médico-psychologique
LES FAITS
Le descriptif du métier
Niveau de qualification : V
A la frontière du médical et du social, les aides médico-psychologiques (AMP) interviennent tant au niveau des soins que des activités de loisirs, plus généralement, dans le cadre de la prise en charge psychologique et éducative des enfants et des adultes handicapés, ou des personnes âgées dépendantes.
Les aides médico-psychologiques interviennent dans l’accompagnement des tâches quotidiennes (lever, toilette, repas, coucher) et le développement d’activités pour favoriser l’épanouissement sensoriel, mental ou social de ces personnes. Le métier d’aide médico-psychologique constitue la première qualification de la fonction éducative. Ils agissent au sein d’une équipe pluriprofessionnelle sous la responsabilité d’un travailleur social ou paramédical.
Il s’agit d’une fonction d’interface entre le médical et le social qui demande de maîtriser des notions et règles d’hygiène ou d’alimentation, ainsi que des qualités d’écoute et d’observation pour s’adapter à des handicaps variés.
Les aides médico-psychologiques travaillent essentiellement en instituts médico-éducatifs, en foyers ou maisons d’accueil spécialisé et plus rarement à domicile. Les horaires diffèrent suivant le type d’employeurs : horaires d’internat ou d’externat dans des institutions éducatives, possibles astreintes la nuit ou le week-end en centres d’hébergement, temps partiels et horaires irréguliers fréquents dans les services d’aide à domicile.
Les chiffres clés du métier en Paca
Environ 25 000 actifs au niveau national
La nomenclature PCS intègre les aides médico-psychologiques dans la catégorie des "aides-soignants". A titre indicatif la population des AMP en France est estimée à 25 000, la population des aides-soignants en Paca est de près de 30 000.
Pas de source disponible
Pas d'estimation possible de la demande d'emploi
La nomenclature ROME place les aides médico-psychologiques dans le groupe des "éducateurs intervenants éducatifs".
Pas de source disponible
Une évolution importante de l'emploi au niveau national
Les AMP ont augmenté de 13 % par an sur les dix dernières années.
Pas de source disponible
L'ANALYSE
Évolution de l'environnement professionnel
* D'importantes possibilités d'emploi : Le marché du travail devrait être porteur compte tenu à la fois de l’accroissement des besoins d’aide auprès des personnes âgées et du développement des politiques publiques en faveur de l’accompagnement des personnes dépendantes. La rénovation du diplôme ouvre de nouveaux viviers de recrutement.
* Des perspectives de spécialisation, notamment dans l'accompagnement des personnes âgées : La proportion de maisons de retraite médicalisées accueillant des publics à pathologie lourde (Alzheimer) est en progression. Ces établissements sont davantage amenés à solliciter les compétences de l’aide médico-psychologique pour maintenir le dialogue avec des personnes très diminuées. Mais cet environnement génère des évolutions professionnelles vers des actes de soins. Les AMP peuvent alors se trouver en concurrence avec les aide-soignants.
* Des capacités rédactionnelles récemment demandées : La loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale, impose des règles de traçabilité : rédaction de projets, écriture de procédures, notes de synthèse ou dossiers administratifs. Pour un métier accessible sans condition de diplôme ou de niveau de formation, par ailleurs souvent choisi pour la part de communication verbale qu’il implique, cela peut poser la question de nouvelles compétences à acquérir.
Gestion des ressources humaines
* Une profession peu connue : Pour les publics sans qualification auxquels le métier est accessible, l’appellation d’aide médico-psychologique est certainement peu parlante. Elle est aussi limitative, n’évoquant pas d’emblée les composantes éducatives de l’activité. Or ce métier offre des débouchés non négligeables.
=> Avec un accès possible pour des jeunes sans qualification, ce métier pourrait être davantage attractif. Une valorisation des perspectives d’accès à des qualifications de niveau supérieur renforcerait certainement cette attractivité et contribuerait à fidéliser les jeunes.
* Des enjeux d'intégration et de maintien dans l'emploi : Compte tenu des difficultés de recrutement de personnel dans les établissements de soins, les AMP sont parfois demandés sur une logique de complémentarité au personnel soignant, voire comme faisant fonction d’aides-soignants.
=> L’intégration des AMP dans les équipes médicales soulève plusieurs questions : d’adaptation à la culture du secteur médical, de gestion des relations inter-professionnelles, de professionnalisation.
* Les risques de décrochage : Si le métier peut séduire par son accès ouvert, le travail auprès de personnes très dépendantes risque de générer à terme une usure physique et mentale : le fait de devoir de plus en plus gérer des groupes de personnes aux handicaps différents peut provoquer un sentiment d’impuissance à aider chacun à progresser.
=> La qualification n’est donc pas le seul facteur favorisant le maintien dans l’emploi et l’évolution professionnelle. Les stages de professionnalisation sont importants dans le parcours de l’AMP, surtout pour les jeunes ayant peu d’expérience. Cela peut être un moyen de les doter d’outils leur permettant d’interpréter les problématiques rencontrées et de concevoir des séquences d’animation adaptées.
Pour en savoir plus :

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip