Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2008-2012 > * Diagnostic préalable > 2 - Les métiers du secteur social > 2.09. Le métier de conseiller(e) en économie sociale et familiale

Article au format PDF

2.09. Le métier de conseiller(e) en économie sociale et familiale

Document de travail

Voir en ligne : la formation de conseiller(e) en économie sociale et familiale

F2.09 / Le métier de conseiller(e) en économie sociale et familiale
LES FAITS
Le descriptif du métier
Niveau de qualification : III
Les conseillers en économie sociale et familiale (CESF) sont « des travailleurs sociaux qui concourent à l’information et à la formation des adultes, pour les aider à résoudre les problèmes de la vie quotidienne ». La profession est née en 1943 avec les monitrices d’enseignement ménager. Aujourd’hui les conseillers s’adressent plutôt à des adultes, intervenant aussi bien sur le budget des familles qu’au niveau du logement, de l’alimentation et de la santé.
Le travail du conseiller en économie sociale et familiale vise à soutenir des personnes ou des familles qui ne parviennent plus à se débrouiller seules. Les conseillers leur apprennent à gérer leur budget et les accompagnent dans leurs démarches administratives. En matière de santé, d’éducation, ils apportent leurs connaissances et leurs conseils. En matière d’habitat, ils peuvent obtenir l’attribution d’un logement. Ils interviennent auprès des bénéficiaires du revenu minimum d’insertion (RMI). Ils contribuent à la prévention de l’exclusion sociale sous toutes ses formes.
Les conseillers exercent le plus souvent dans les services sociaux des communes et des départements, au sein des caisses de sécurité sociale ou d’allocations familiales. Ils peuvent aussi intervenir dans des secteurs plus spécialisés comme les organismes HLM, les associations d’aide à domicile ou les accueils aux migrants.
Les chiffres clés du métier en Paca
Peu d'actifs occupés : 954
La nomenclature PCS regroupe dans la catégorie des conseillers familiaux, les conseillers conjugaux et les {{conseillers en économie sociale et familiale}}. Ils y sont les plus nombreux.
Source : INSEE - RP99 - Traitement ORM.
Demande d'emploi difficilement mesurable : 833
La nomenclature ROME intègre les conseillers en économie sociale et familiale dans un ensemble plus vaste d'intervenants d'action sociale (dans lequel se retrouvent les assistants de service social, entre autres).
Source : INSEE - RP99 - Traitement ORM.
Nombreux jeunes : 41 %
Moyenne régionale des moins de 35 ans tous métiers : 32 %
Source : INSEE - RP99 - Traitement ORM.
Un métier très féminisé : 93 %
Moyenne régionale tous métiers : 45 %
Source : INSEE - RP99 - Traitement ORM.
Très forte progression de l'emploi : + 256 % entre 1990 et 1999
Evolution moyenne régionale tous métiers : 4,4 %
Source : INSEE - RP99 - Traitement ORM.
L'ANALYSE
Évolution de l'environnement professionnel
* Un travail de prévention et d'éducation important : Le rôle du conseiller en économie sociale et familiale est certes d’informer mais aussi d’éduquer les familles dans leur fonctionnement quotidien pour les prémunir de problèmes sociaux ou économiques. Son rôle est aussi de les éduquer dans leur mode de consommation et leur façon de gérer l’argent.
* Une évolution du métier : Depuis la fin des années 1980, les conseillers en économie sociale et familiale ont eu à accompagner un nombre croissant de personnes en grande difficulté, en particulier en matière de surendettement et de lutte contre l’exclusion, sous toutes ses formes. La loi Néiertz de 1989, sur le dispositif de traitement du surendettement, a sans nul doute amplifié le rôle des conseillers en économie sociale et familiale sur cet aspect.
* Un travail en équipe : Le conseiller en économie sociale et familiale travaille en collaboration avec les autres travailleurs sociaux. Spécialiste du conseil et de l’information, il est également formateur et est amené de plus en plus à organiser des actions de formation dans les domaines de l’insertion et de l’économie sociale et familiale. Mais son coeur de métier reste l’appui aux familles surendettées.
Gestion des ressources humaines
* Une image à revaloriser : Les conseillers en économie sociale et familiale sont certes peu nombreux (environ 8000 sur l’ensemble du territoire national), mais leur rôle au sein des équipes de travailleurs sociaux est précieux par la connaissance qu’ils ont des problèmes des individus et des familles en difficulté.
=> La valorisation de ce métier peut passer par une responsabilisation plus importante et un renforcement de leur participation à des actions de capitalisation collective (interventions en formations, séminaires, conseils d’établissements,...)
* Des perspectives de qualification et de mobilité : Après quelques années d’expérience, les conseillers en économie sociale et familiale peuvent accéder à divers postes de responsabilité ou d’encadrement, notamment ceux de responsable de circonscription d’action sociale ou de conseiller technique dans la fonction publique territoriale.
=> Les dispositifs de valorisation de compétences (formations, VAE, mais aussi implication dans les phases de capitalisation collective) peuvent se traduire par une accélération de ces parcours évolutifs.
Pour en savoir plus :

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip